Marilyne Grimmer

Marilyne Grimmer a d’abord étudié pendant 4 ans à Londres en graphisme

et illustration jeunesse puis aux Beaux-arts de Paris où elle a obtenu son

DNSAP en 2007. En 2011, elle participe à a.pass (advanced performance

and scenography studies), un programme post-master de recherche artistique

d’un an basé à Anvers en Belgique. Son projet de recherche tournait

autour de la question des hétérotopies et de l’espace imaginaire.

Depuis, son travail varie entre différentes pratiques alternant des périodes

de créations solitaires ou collectives et a besoin de ces allers et retours

pour se nourrir. Il s’agit :

- de collaborations en tant que scénographe pour le théâtre ou le cinéma

- du collectif Repondeur Automatik fondé en 2013 avec Susanne Weck, collectif

crée pour donner du temps et de l’espace à des pratiques de questionnement

situationniste, des interventions ludiques et mascarades réalistes.

- de projets participatifs dans l’espace urbain

- et de sa pratique personnelle, notamment la machine à téléportation, installation

photographique qui permet aux passants de Bruxelles, Paris, Tokyo

de se téléporter dans le lieu de leur rêve et de recevoir la carte postale

de ce voyage dans leur boite aux lettres quelques temps plus tard.

La construction d’espaces, à vivre, à jouer, à se projeter, à traverser sert de

fil rouge et conducteur à son travail.

En parallèle, elle développe depuis plusieurs années une pratique de transmission

via divers ateliers d’arts plastiques pour enfants et adultes.